Valérie Di Daniel
La Présence, çà s'apprend !
Méditation & pratiques de pleine conscience

S'affranchir du pilote automatique

27 Oct 2022 Valérie DI DANIEL Les Chroniques

Mon corps est ici, mon esprit est ailleurs !

La plupart du temps, nous vivons en mode automatique. Je ne parle pas ici du fonctionnement automatique de votre corps qui assure toutes vos fonctions vitales : vous n'avez pas besoin de penser à respirer, vous respirez. Vous n'avez pas besoin de penser à digérer, vous digérez. Vous n'avez pas besoin de faire battre votre cœur, il bat par lui-même. C'est un très beau cadeau de naissance que nous avons reçu.

Non, dans cette chronique, je fais référence à notre personnalité et à notre mental. Pour mettre en lumière ces aspects, je vous propose un exercice : Rappelez-vous vos premières leçons de conduite. Souvenez-vous comme toute votre attention était mobilisée dans le corps : les jambes et les pieds pour actionner les pédales, les bras et les mains pour passer les vitesses et tourner le volant, les yeux rivés sur le tableau de bord et les rétroviseurs pour apprécier les distances, être attentif aux panneaux routiers et repérer les autres voitures. Le ressentez-vous ? C'est comme si vous y étiez, n'est-ce-pas ?

A ce moment là, vous ne fonctionniez pas en mode automatique. Vous étiez pleinement conscient et plongé dans le moment présent. Toute votre attention était donnée, tout à la fois, à votre corps, à la voiture et à votre environnement. Votre attention était divisée, posée intensément en plusieurs endroits.  Tous vos sens étaient en alerte. Vous vouliez tout "capter" pour pouvoir "retenir", créer une mémoire de l'expérience.

C'est ce qui s'est passé lorsque vous avez appris à conduire et ensuite, çà s'est placé tout seul dans la case « je sais faire » de votre esprit. Et depuis, comment conduisez-vous ? Laissez-moi deviner... de façon automatique. Votre corps est bien assis dans la voiture mais votre esprit lui part souvent ailleurs, n'est-ce-pas ?

Cet exemple, des premières leçons de conduite, illustre à la fois ce que veut dire fonctionner en mode automatique et vivre une situation en pleine conscience. Alors, cette semaine et les suivantes, lorsque vous prendrez votre voiture, amusez-vous à conduire dans la Présence. L'esprit bien là, dirigé sur la machine, sur votre corps et sur la route, tous vos sens en alerte, au contact des sensations corporelles. Ne trouvez-vous pas que c'est très plaisant de conduire de cette manière. On se sent très vivant et notre expérience de la conduite devient si agréable et intense.  Petit point d'attention : si vous n'êtes pas suffisamment présent, çà  risque de repartir en mode automatique, assez vite. Remarquez-le simplement.

Ce processus se vérifie pour tout nouvel apprentissage.  On arrive l'esprit totalement neuf et ouvert, sans aucun à priori, et on se met à « capter » toutes sortes d'informations et de sensations que l'on va ensuite mémoriser. Seulement voilà, une fois que la chose est apprise, elle devient mécanique. On la fait et la refait sans y penser, sans "sentir", comme un automate. Nous éloignant un peu plus de la beauté de l'instant que nous vivons et de tout ce qu'il renferme de merveilleux. Cette mécanicité ternit notre vie quotidienne et nous fait rechercher sans cesse le nouveau, l'extraordinaire et l'insolite. On passe par des moments d'enthousiasme puis d'ennui. On se remet alors en quête de quelque chose d'autre, on consomme, pour "ressentir" à nouveau, avec tous nos sens, et puis on mémorise et hop çà bascule en mode automatique. C'est sans fin.

Arrêtons nous un instant pour questionner ce qui se passe. Si nous regardons de plus près, de quoi s'agit-il ? En réalité, d'une petite erreur d'appréciation dont l'impact est majeur. La recherche d'expériences nouvelles ne nous conduit au final nulle part et parfois même dans le mur. Mais alors qu'est-ce-qui réclame sans cesse en nous ? Et qu'est-ce-qui est réclamé ? Et pour quelles raisons ?

Vous le savez probablement, c'est notre mental.  Il est friand de nouveautés et pour une raison très simple : il cherche inlassablement toutes sortes de sources de plaisir. En soi, le plaisir n'est ni positif, ni négatif. C'est une sensation qui nous place dans un état de bien-être. Attention, ressentir du bien-être est une très bonne chose. Alors de quoi est-il véritablement question ? En fait, il y a une petite subtilité.  Nous - la personnalité et le mental - cherchons ces sources de plaisir à l'extérieur de nous-même. Ce qui déclenche de la frustration et de l'insatisfaction dès qu'elles ne sont plus là. En réalité, c'est à l'intérieur de soi qu'il faut aller ! A cet endroit, les sources de plaisir sont si nombreuses et durables. C'est une sorte de plaisir dont on a perdu, depuis longtemps la sensation et le sens.

Vivre dans la pleine conscience, c'est :

  • sortir du mode automatique,
  • capter l'instant à partir de tous ses sens,
  • être totalement là, à l'écoute, silencieux, alerte, réceptif,
  • et nourrir de façon volontaire l'expérience et les sensations positives internes dans la réalité du quotidien.

Si cela vous donne envie de vous ouvrir à cette autre réalité, c'est le moment idéal pour entamer ou approfondir le travail intérieur. Rejoignez-nous dans un atelier, un cours ou un stage, en présentiel ou en ligne.  Nous méditerons ensemble et nous apprendrons à vivre le corps et l'esprit bien enracinés dans le moment présent, pour  nourrir positivement notre être profond.


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Medoucine

Connexion