Valérie Di Daniel
La Présence, çà s'apprend !
Méditation & pratiques de pleine conscience

Quand la méditation trouve sa raison d'être au quotidien

03 Sep 2022 Valérie DI DANIEL Les Chroniques

Méditer c'est très simple !

Simple et pourtant on a des difficultés pour le faire. Quel étrange paradoxe ! La méditation est une pratique simple et accessible à de nombreuses personnes, quel que soit leur âge. Seulement, pour pouvoir méditer, il faut prendre ce genre de décision : "Je m'arrête et je vais méditer maintenant." Et juste après cette résolution, on le fait. On va s'asseoir.

Quoi de plus facile, me direz-vous, que de s'arrêter - de faire ce que l'on fait - et d'aller s'asseoir ! C'est vrai, mais en réalité, si l'on regarde de plus près, ce n'est pas si évident que cela parce que l'on va rencontrer des obstacles dans notre esprit.

Le premier obstacle : prendre la décision de s'arrêter

Avez-vous remarqué combien il est difficile, lorsqu'on est engagé dans une activité, ou dans une série de tâches, de prendre la décision "Stop, je m'arrête !". Ca semble un peu étrange pour notre mental de faire cela. Lui, il aime le mode automatique et la routine. Alors il avance, il fonce, sans se poser de question, un point c'est tout. Mais alors, qui déclenche cette décision de s'arrêter ? La conscience. Oui, la conscience, parce qu'elle aime avoir rendez-vous avec vous. La conscience vous appelle. Elle a envie que vous soyez-là pour elle, par ce que la conscience humaine individuelle cherche à se relier à la conscience universelle !

Le deuxième obstacle : aller s'asseoir

Notre mental a besoin d'une bonne raison pour nous laisser aller nous asseoir, parce que lui, il n'a que faire de la conscience et il adore le faire : s'asseoir pour aller manger, pour boire un verre entre amis, pour lire, discuter, téléphoner, regarder un film, consulter sa messagerie... et beaucoup plus rarement, pour faire une pause et se reposer. Et finalement, lorsqu'on s'asseoit, c'est bien souvent pour faire quelque chose.

Vous est-il déjà arrivé de penser "je vais aller m'asseoir pour être" ? Être quoi, me direz-vous ? Et bien apprécier d'être ce corps assis, au repos, apprécier d'être dans cet état de détente physique, de calme mental, apprécier d'être au contact de votre respiration, régulière, naturelle, apprécier d'exister, de sentir la vie qui vous traverse, apprécier d'être tout simplement avec vous-même, dans la Présence, bien enraciné dans l'instant.

Si vous avez déjà fait l'expérience de cette assise attentive qui mobilise vos sens, que l'on appelle la méditation, vous savez combien cela peut-être délicieux, réparateur et ressourçant.

Méditer, c'est se choisir. C'est être un bon ami pour soi. On se donne rendez-vous pour savourer le bonheur d'être là, d'exister. Il n'y a rien de compliqué là-dedans. C'est très simple. La vraie difficulté, c'est de prendre ce rendez-vous tous les jours !

Méditer pour quoi faire ?

Les motifs qui conduisent les personnes à vouloir méditer sont nombreux : excès de stress, d'anxiété, de préoccupations ou de surmenage, pour faire face à un deuil, à une rupture, au mal être, au besoin de souffler, au besoin de répit, à la recherche de sens, à une aspiration à être...

Bien que l'origine de la méditation soit très ancienne (563 avant JC), ses nombreux bienfaits restent éminemment d'actualité. L'humanité aurait grand bénéfice à se réconcilier avec cette pratique (oubliée et connotée) pour répondre aux tensions physiques et mentales que représentent la complexité, l'incertitude ou l'écoanxiété liée aux difficultés de nos temps modernes.

Quelques vraies bonnes raisons de s'arrêter pour aller s'asseoir et méditer :

Méditer, pour faire une pause, un sas et récupérer du rythme effréné de ses journées,

Méditer, pour revenir à soi, à son corps, à son souffle, à ses sens,

Méditer près ou dans la nature, pour un profond ressourcement,

Méditer, pour développer la Présence à ce qui EST, en soi et tout autour,

Méditer, pour créer de l'espace et de la paix dans son corps et son esprit,

Méditer, pour permettre au corps de se régénérer,

Méditer, pour que l'intensité des émotions s'apaise,

Méditer, pour voir plus clair,

Méditer, pour éveiller le "sentir",

Méditer, pour ouvrir son coeur et réveiller sa bienveillance,  sa compassion,

Etc...

Où que vous vous trouviez, quelle que soit votre situation, votre âge, votre activité, la méditation peut trouver sa place dans votre vie. Méditer seul chez soi et aussi méditer en groupe, car les deux se complètent bien et enrichissent tout un chacun.

Que se passe-t-il pour nous quand on médite ?

La méditation nous conduit vers l'être, la Présence et la conscience. Avant, au moment de s'installer et dans les premières minutes de la méditation, le mental va devoir être remis à sa place, car sa tendance est de se  prendre pour le "roi du monde intérieur". Ce qui est vrai, tant que nous ne lui apprenons pas qu'il y a un maître intérieur - la conscience - au service duquel il va pouvoir se mettre. Mais cela demande de l'entraînement et passe par un apprentissage, basé notamment sur la pratique quotidienne de la méditation.

Première étape : vous avez pris la décision de vous arrêtez puis d'aller vous asseoir pour méditer. C'est une belle première victoire, car votre mental aura tenté de vous en dissuader par toutes sortes de petites phrases, plus culpabilisantes les unes que les autres : "Tu as trop de chose à faire ! Tu n'as pas le temps !  Cà sert à quoi de rester là sans rien faire ? On verra çà plus tard, continue à faire ce que tu fais ! Tu ferais mieux de ... ! ".

Pourquoi le mental fait-il cela ?  Parce qu'il a besoin de prendre toute votre attention pour exister !

Deuxième étape : vous commencez votre méditation. Vous devenez vigilant et attentif, vous mobilisez tous vos sens, vous êtes totalement à l'écoute, silencieux, de ce qui se passe en vous et autour de vous. vous vous placez au-dessus des pensées. Enfin, vous essayez parce que le mental va à nouveau entrer en action et tenter de vous détourner de la Présence pour vous faire sortir de méditation : démangeaisons, douleurs physiques liées à l'immobilité, pensées, préoccupation pour les choses à faire, sensation émotionnelle, agitation, agacement, impatience, jugement... La liste est longue. En méditation, nous apprenons à voir le mental à l'oeuvre, à rester bien enracinés dans la Présence, en toute sécurité et sérénité. Et là, qu'est-ce qu'on remarque : que le mental cède, qu'il s'efface, parce que nous avons maintenu la Présence. 

Le mental ne veut pas que vous restiez-là, en méditation, à l'observer ou à vous désintéresser de lui. Il veut continuer à raconter son bavardage, à vous parler de tout et de n'importe quoi, du passé et du futur, des croyances limitantes, des menaces et des méfiances, de ce qui pourrait être dangereux. Il est l'instrument de l'égo et s'est mis à son service. En tout bien tout honneur puisqu'il veut vous protéger. Mais il en devient encombrant, tyranique et manipulateur. Il veut reprendre sa place et vous maintenir dans l'inconscience pour continuer à exercer son pouvoir.  C'est bien normal, on ne peut pas le lui reprocher, nous l'avons, par ignorance, laissez faire depuis toujours. 


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Medoucine

Connexion